e

Charles mort ou vif

Alain Tanner, Suisse, 1969o

s
vretour

A l'aube du centième anniversaire de son entreprise, un brillant homme d'affaires, las de sa vie disparaît dans la nature. Ses seuls complices sont sa fille et un couple qu'il vient de rencontrer. Son fils fringuant entrepreneur le fait rechercher par un détective.

Lire un livre ou un journal, rêvasser sur des fauteuils, se faire du café, ne penser à rien. Instantané d'une époque où l'on aimait encore se foutre de tout et ne se soucier de rien, sinon de sa liberté individuelle, sans devoir forcément rendre des comptes. Tout quitter, sans rien emporter, se fixer n'importe où, au gré du hasard ou des envies, abandonner les contingences, se poser, loin du bruit et des soucis. Il y avait cette idée, lointainement, dans La Maman et la putain de Jean Eustache, en 1973. Quatre ans plus tôt, elle se retrouvait déjà au coeur de Charles mort ou vif, cet Alain Tanner des débuts, sorte de manifeste d'un cinéaste qui vient de fonder le Groupe des 5 avec Michel Soutter, Claude Goretta, Jean-Louis Roy et Jean-Jacques Lagrange et qui n'a pas encore tourné La Salamandre. Encore inconnu mais déjà présent, affirmatif, presque vindicatif, revendiquant une liberté d'écriture comme une envie sous-jacente de tout détruire. Film fondateur, Charles mort ou vif est porté par un François Simon qui débuta, dit-on, chez Marc Allégret en 1936 avant de servir des créateurs exigeants comme Raoul Ruiz, Daniel Schmid ou Patrice Chéreau, François Simon, donc, qui hante le film de Tanner et fait corps avec lui, dans ce qui restera probablement comme le rôle de sa vie. Léopard d'or en 1969 au Festival de Locarno, le film annonçait une nouvelle vague suisse qui eut son âge d'or dans les années 70. Mais ceci est une autre histoire.

Pascal Gavillet

«Charles mort ou vif», der 1969 den Goldenen Leoparden in Locarno gewann, handelt von einem eigenwilligen, individuellen Protest, mehr ein Verzicht, ein Verschwinden als eine offene Rebellion. Charles macht neue Begegnungen, entdeckt ein neues Lebensgefühl, erfährt menschliche Wärme und Freundschaft. Trotz des absehbaren traurigen Endes ist der Film spielerisch, poetisch und humorvoll, und die Stimme, das Gesicht, der Gang, die ganze Gestalt von François Simon sind für mich unvergesslich.

Margrit Tröhler

Alain Tanners Film im Geist der Achtundsechziger ist der Schweizer Prototyp eines Protestkinos, das die im Wohlstand eingeschlafene Gesellschaft anklagt und sich ihr verweigert. Eine zurückhaltende Inszenierung in Grautönen, der es aber nicht an Humor und Fantasie fehlt.

Jean Tulard

Der erste lange Spielfilm von Alain Tanner überzeugt durch aufrichtiges kritisches Engagement, psychologisches Einfühlungsvermögen, die nüchterne Filmsprache und die spielerische Einbeziehung von Zitaten, die von Marx über Benjamin bis zu Volksweisheiten reichen. Eine überzeugende Auseinandersetzung mit einer Lebenskrise und zugleich eine bittere Beschreibung der Schweizer Wirklichkeit.»

N.N.

Galerie photoso

alaintanner.ch, 09/09/2019

De Ingrid Telley & Marthe Porret  

© Tous droits réservés alaintanner.ch. Fourni par alaintanner.ch Archiv
Strictly Film School , 24/09/2019

De Acquarello 

© Tous droits réservés Strictly Film School . Fourni par Strictly Film School Archiv
Swiss Films, 24/09/2019

De Diverse 

© Tous droits réservés Swiss Films. Fourni par Swiss Films Archiv
Une conversation avec Alain Tanner
Jean Perret / Les Films Plans-Fixes
fr / 14/09/2006 / 47‘48‘‘

"Nice Time" (Dokumentarfilm von Alain Tanner & Claude Goretta)
/ BFI
en / 30/06/1957 / 17‘39‘‘

Portrait de Alain Tanner
/ RTS
fr / 20/06/2012 / 26‘52‘‘

Porträt von Alain Tanner
/ SRF
de / 03/08/2012 / 26‘40‘‘

Données du filmo

Autres titres
Charles – tot oder lebendig DE
Charles, Dead or Alive EN
Genre
Drame
Durée
92 Min.
Langue originale
Français
Prix importants
Locarno 1969: Léopard d'or
Ratings
cccccccccc
ØVotre évaluation7,2/10
IMDB:
7,2 (270)
Cinefile-User:
< 10 votes
Critiques :
< 3 votes q

Casting & Equipe techniqueo

François SimonCharles
Marcel RobertPaul
Marie-Claire DufourAdeline
PLUS>

Bonuso

iVidéo
Une conversation avec Alain Tanner
Les Films Plans-Fixes, fr , 47‘48‘‘
s
"Nice Time" (Dokumentarfilm von Alain Tanner & Claude Goretta)
BFI, en , 17‘39‘‘
s
Portrait de Alain Tanner
RTS, fr , 26‘52‘‘
s
Porträt von Alain Tanner
SRF, de , 26‘40‘‘
s
gPresse écrite
Contexte historique du film
alaintanner.ch / Ingrid Telley & Marthe Porret
s
Critique Strictly Film School
Acquarello
s
Director's Sheet: Alain Tanner
Swiss Films / Diverse
s
Nous utilisons des cookies pour vous offrir un service personnalisé. Pour plus de détails, voir notre déclaration de protection des données. En naviguant sur cinefile.ch, vous acceptez notre politique d'utilisation des cookies.